La comtesse ne voulait pas savoir qui elle caressait »

Aucun homme ne mérite ce gland parfait

Son grand plaisir, c'était le ressentir la douceur de la peau d'un pénis masculin, de passer la main sur le gland lisse, de caresser les testicules perdues dans les poils des hommes dont elle ne voulait surtout pas connaître le nom. Ces derniers, bien qu'anonymes, se plaignaient tous du fait que Madame se refusât à aller jusqu'à les faire jouir.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *