Dans le grand salon bleu

Doris sentait littéralement le temps courir le long de sa colonne vertébrale, descendre entre ses deux globes fessiers, pénétrer son anus et, après un voyage intérieur qui la faisait frissonner, s'évacuer par ses tétons tendus.
Alors, il se décidait bientôt ce gros lard ?

Voir aussi :

4 réponses sur “ Dans le grand salon bleu ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *