Domination dans le parc

non member

Les yeux bandés, l’humiliation n’en est pas moins forte

Chaque jeudi, je sortais Madeleine dans le parc. Ce n’était pas une partie de plaisir de suivre son rythme de marche à quatre pattes mais cette lenteur frustrante permettait de profiter au maximum des regards étonnés et curieux des passants sur mon esclave nue et attachée.

Voir aussi :