Deux filles dans le petit salon

À partir de trois partenaires, ça devient intéressant

Roland Mador ne venait que rarement visiter la maison mais à chaque fois, il avait un mot gentil pour toutes les filles et savait ce que chacune attendait comme caresse et pénétration. Une espèce de don inné qui lui permettait de faire l'amour avec plusieurs partenaires sans faire de jalouse.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *