J’aimerais qu’on m’aime pour ce que je ne suis pas

Être shemale, c'est se poser des questions existentielles

Pour une fois que Sophie avait une idée précise sur quelque chose... Sur comment s'habiller (dessous transparents si possible avec de jolies dentelles), qui aimer (garçons ou filles, ça n'avait pas d'importance) et comment (une petite pénétration anale pour tout le monde). Et ses parents qui n'arrêtaient pas de se plaindre...

Voir aussi :

2 réponses sur “ J’aimerais qu’on m’aime pour ce que je ne suis pas ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *