La branlette sans pareille

Il faut de la force dans la main pour donner du plaisir

Anthony n'avait plus joui de cette manière depuis ses 13 ans. Lorsqu'il éjacula, il crut revoir sa chambre sous les toits, l'odeur du parfum de sa mère et ses posters de Jean-Jacques Goldman. Le sentiment de honte en moi, ce qui était un progrès notable.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *