L’odeur de ses fesses me rendait folle

Un cul blanc offert à la langue divine de Madame

Ainsi donc, on pouvait tomber amoureuse de cette petite effrontée, de son fessier si blanc qu'elle refusait de dévoiler à Monsieur. Et pourquoi ne pas la gouter après tout, lui donner du plaisir en passant la langue sur son petit anus tremblant et ouvert.

Voir aussi :

2 réponses sur “ L’odeur de ses fesses me rendait folle ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *