Une jeune fille tout à son ouvrage

Marie-Aude espérait de tout son coeur le moment où elle pourrait enfin être débarrassée de tante Eudélie et de son odeur de vieux biscuits, d'antimite et de calvados éventé. Personne ne pouvait donc voir la pureté de son désir ? Le plaisir qu'elle avait à faire tendre la queue de ces hommes était plus fort que sa timidité naturelle et elle aurait aimé en faire plus.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *