Vous ne partirez pas sans un dernier soupir

Brusquement, Nina se rendait compte que ces invitations à prendre un café dépassaient les simples visites de courtoisie. Mais on ne pouvait décemment rien refuser à des voisins aussi sympathiques que les Lelong.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *