Au bout du couloir, sous les jupons

La robe relevée, le sexe dévorée

Rosette fut réprimandée à maintes reprises pour mensonge caractérisé, vol de ruban, utilisation du parfum de Madame et comportement licencieux. Au moment de se faire renvoyer, elle se jeta au pied de sa maîtresse, plaida sa cause et, sans que personne n’y comprît rien, se retrouva sous la robe de Madame à lui dévorer sa fente qu’elle avait fort poilue et très humide.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *