À l’insu de son plein gré

"Voyons, un peu plus d'efforts ma chérie !". Qui aurait cru que branler un homme puisse demander autant de persévérance et de patience ? Toutes les copines du couvent lui avaient affirmé que les hommes éjaculaient en quelques secondes.

Voir aussi :

15 réponses sur “ À l’insu de son plein gré ”
  1. Il n’y a pas de mot français pour “forensic evdence”, je pense. A propos de “intactitude” comme dirait une certaine Ségolène.

  2. On essaye de décrire ce qui s’est passé, sur la base de traces de suintements et ejaculations, analyses à l’appuie, que y a-t-il sous les ongles du ou des défunt(s)etc etc Toute une science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *