Collection d’hiver

Tenue moulante pour le Moyen Orient

La tradition n'avait du bon que si elle était détournée si l'on en croyait Aisha qui cherchait les tissus les plus collants et les coupes les plus proches du corps. Il fallait que l'on puisse voir le creux de son nombril et la pointe de ses tétons même s'ils n'étaient pas durs. Évidemment, comme elle était la plupart du temps en état d'excitation sexuelle, les couturiers n'avaient pas de problème de ce côté.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *