Pourvu qu’elle ne s’arrête pas

Le problème avec la plupart des femmes, c'était qu'elle fatiguait rapidement. Et en même temps, Tony ne flashait pas particulièrement sur les plus costaudes ou les sportives. Il pouvait aussi les aimer très féminines et douces. Du moins en société.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *