Sucer sous la table

Pour que le plaisir de Clarisse fût complet, il aurait fallût une ou deux mouettes qui crient dans le vent du large. Depuis son dépucelage en Bretagne, elle ne prenait un plaisir sexuel véritablement profond (et cela prenait en compte se faire sucer amoureusement) qu'avec les cris déchirants des mouettes passant au dessus des bonnets rouges des manifestants déchaînés.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *