Sur le banc, sous la robe de cuir

L'odeur du sexe féminin se marie agréablement avec celui des feuilles mortes

À l'automne, les femmes pouvaient ressortir leurs tenues de cuir, robes, jupes, bottes. Elles sortaient alors un de leurs étalons pour lui donner de l'exercice dans la fraîcheur du soir, lui faisant brouter du minou et gicler leur sperme.

Voir aussi :

2 réponses sur “ Sur le banc, sous la robe de cuir ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *