Un doigt dans ta bouche

Sucer le gant d'une belle dame n'est pas sucer

Anita rugissait comme une panthère, secouait sa crinière de lionne et se frottait comme une chienne en chaleur. À ce stade là, Roberto avait épuisé ses métaphores animalières et n'attendait plus qu'une chose: qu'elle daigne s'empaler sur son dard de bête sauvage.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *