Autoritarisme dans les couloirs

La flamboyance de sa chatte irradiait son désir

Malheur à celles qui croisaient Josepha dans les couloirs de l’aile est. La rouquine soulevait invariablement sa longue robe pour exhiber la fourrure rousse de son sexe qu’il fallait laper sous peine de cris à n’en plus finir.

Voir aussi :

2 réponses sur “ Autoritarisme dans les couloirs ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *