Les délicieuses cousines de Normandie »

Minous provinciaux et queue parisienne

Hubert n'avait jamais craint de quitter Paris pour la province normande. Ses amis le plaignaient et parlaient de la pluie mais il n'y avait rien de plus agréable que de faire l'amour à trois pendant que l'averse résonnaient dehors sur les pavés humide de la cour familiale. Et ses cousines étaient tellement impatientes de montrer à quel point elles avaient progressé en amour.

Voir aussi :

3 commentaires Ajoutez le votre

  1. serge dit :

    dessin si expressif… me rappelle encore le bruit de la pluie sur mon véhicule… pendant que je léchais un joli minou tout frémissant…

    1. camille dit :

      Je suppose que vous aviez moins de place…

  2. serge dit :

    c’était dans une deux pattes… maintenant j’utilise mon CC… nettement mieux :-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *