Un enterrement de première classe

Pour oublier le chagrin, une sodomie vaut bien un mouchoir fin

Pour oublier sa douleur morale, Virginie ouvrit ses fesses à son cousin éloigné. Elle n'avait jamais été adepte de la sodomie mais une douleur rectale lui semblait le meilleur moyen de penser à autre chose que la parte d'un être si cher à son cœur...

Voir aussi :

2 réponses sur “ Un enterrement de première classe ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *