Frottements lesbiens en douceur toujours

Le long de la cuisse de Marianne, on s'y collait toute la nuit dans de bruyants et liquides allers retours. Ces frottements lesbiens pouvaient durer une éternité en clapotements intimes, traces humides sur les cuisses aux vêtements collés, doux murmures de désir et d'amour.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *