Le mari jaloux et la servante ingénieuse »

le

Dés que je t’ai baisée, je le tue !

À chaque fois, Martine avait trouvé un moyen pour distraire l’attention de M. Grandville quand Mme Grondville s’envoyait en l’air avec l’amant du moment – c’est qu’elle avait un grand appétit. Mais, cette fois-ci, seul la promesse de caresses intimes avait pu refréner les désirs de vengeance de son maître envers la femme infidèle et le baiseur impudent.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *