Le téton le plus sensible au monde

non member

Ne le mordille pas ou je vais jouir

Camilla trouvait cette fille trop à fleur de peau. On lui glissait un doigt sur la fente et elle poussait des gémissements impossibles, on écartait ses fesses et elle suait comme une folle. Mais le pire, c’étaient les seins. Madame exigeait que l’on en s’en occupe particulièrement mais devenait folle dès que l’on posait la bouche sur le téton.

Voir aussi :