Les créatures érotiques du professeur Charon

Les cellules sentaient le stupre et l’orgasme

Penny avançait avec angoisses dans les couloirs mal éclairés. Dans les cellules, les jeunes femmes qui avaient subi les expériences sexuelles du professeur gémissaient dans leur sommeil, réclamaient un plaisir obscène ou se caressaient sans vergogne. Et le pire, c’est que Penny aurait tout donné pour être à leur place.

Voir aussi :

2 réponses sur “ Les créatures érotiques du professeur Charon ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *