Mon doigt dans ta moiteur

Va et vient manuel vaut bien la queue d’Emmanuel

Josepha était folle de cette sensation enivrante des chairs ouvertes et palpitantes autour de ses doigts. Elle était persuadée de pouvoir jouir manuellement.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *