L’amant familier

L’amour est dur contre tes fesses

Carlotta était en prière chaque vendredi soir. Elle aspirait tellement à une nuit d’amour physique intense, à un abandon total des corps, de exultation, des cris, des grognements de bêtes. Mais il ne fallait pas brusquer les choses. Manuel en était encore à parler de sa mère. Il n’était visiblement pas prêt à planter sa queue dans une chatte.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *